Décroissance soutenable


Bien que nous vivons au 21ème siècle, notre système économie repose encore sur des lois fondées à l'époque du colonialisme.

La mondialisation n’est que l'habillage idéologique de la même volonté de croissance à tout prix, basée essentiellement sur l'exploitation des ressources disponibles, ici ou ailleurs. Avec la conviction assez folle qu'elles sont infinies.

En dépit du bon sens et de la réalité ambiante, pour de nombreux acteurs économiques une croissance illimitée est toujours possible sur une planète de plus en plus limitée. Avec la même ferveur des anciens décideurs, cette manière de penser anime les chefs d'entreprise actuels. Au risque, encore trop largement sous-évalué, de se retrouver dans le mur.

À méditer

« L'amplification des moyens de faire est la passion dominante de notre société à laquelle toute sensibilité ainsi que l'environnement sont sacrifiés. Notre société est comme une immense machine dont le tableau de bord est trop pauvre en indicateurs et dont l'épiderme bétonné est insensible aux réactions individuelles. Une machine si occupée à construire, à produire, qu'elle est aveugle à ce qu'elle détruit et myope à l'égard du monde qu'elle risque de faire. » Bertrand de Jouvenel
 
« Nous ne devons pas renoncer à la technologie mais la manier avec sagesse comme le ferait le docteur Jekyll en conservant à l’esprit la santé de la Terre et non celle des hommes. C’est la raison pour laquelle il est beaucoup trop tard pour le développement durable ; nous devons opter au contraire pour un repli durable. » James Lovelock
 
« 1 800 c'est la quantité de matières, en kilogrammes, nécessaires pour fabriquer un ordinateur, écran plat de 17 pouces compris. Dans ce total, on trouve 240 kg de carburants fossiles, 22 kg de produits chimiques, 1,5 tonne d'eau. » Eric Williams et Ruediger Kueh
 
« L'Union européenne (à 15) a consommé 5,5 millions de tonnes de textiles en 2002 à usage d'habillement, de linge de maison ou dans l'industrie. Les fibres de ces textiles sont aux deux tiers synthétiques, issues de la pétrochimie. » Yves Cochet
 
« Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. » Kenneth Boulding
 
« Des rapports avec la Terre basés exclusivement sur l’utilisation de celle-ci en vue de la croissance économique ne peuvent que mener à la dégradation en même temps qu’à la dépréciation de la vie humaine » René Dubos
 
« Les primevères et les paysages ont un défaut grave : ils sont gratuits. L'amour de la nature ne fournit de travail à nulle usine. » Aldous Huxley
 
« Nous périrons sous les berceaux. Nous sommes le Cancer de la Terre ; la pullulation de l'espèce humaine est responsable d'une pollution ingérable par la nature. Cela est tellement évident qu'on se demande de quel aveuglement sont frappés nos dirigeants. » Jacques-Yves  Cousteau
 
« Tant de mains pour transformer le monde et si peu de regards pour le contempler. » Julien Gracq
 
« L'idée que les hommes sont assez intelligents pour régir la planète témoigne d'un orgueil démesuré.» James Lovelock
 
« Nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie.» Paul Valéry
 
Sources:
Économie durable : Site de réflexion sur l'écologie et pour une société durable.  Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
http://economiedurable.over-blog.com/

 

Publié dans Patrimoine

Built with HTML5 and CSS3 - Copyright © 2015 Grati Info