Transparence


« L’acceptation locale des éoliennes peut-être influencée par la manière dont un projet est planifié et géré. » KohleNusbaumer SA, Potentiel éolien du canton de Vaud, sur mandat du Service de l’environnement et de l’énergie (SEVEN)
 
Lorsque, une fois n’est pas coutume,  un promoteur joue la carte de la transparence,  il s’empêtre vite dans les contradictions insolubles de l’éolien industriel terrestre, comme en témoignent les informations relatives au projet Eoljoux de la SEVJ, le parc éolien de la Vallée de Joux situé aux Grands Plats, au-dessus du village du Brassus.
 
En préambule, les concepteurs reconnaissent étonnamment l’impact négatif sur le paysage découlant d’une installation sur les crêtes jurassiennes. « Bien conscients des impacts que des éoliennes peuvent avoir sur le paysage, nous avons volontairement évité les crêtes et choisi des sites dont les impacts sont réduits au maximum. » (Information affichée le 23 juillet 2015 sur http://www.eoljoux.ch)

Cette honnête constatation limite cependant fortement les zones d’implantation des éoliennes dans le Jura, en raison de l’épais tapis forestier qui le recouvre. Un autre inconvénient du renoncement aux crêtes est produit par les conditions de gisements venteux qui sont bien moindres lorsque les sommets ne sont pas sollicités et que les lisières des forêts sont toutes proches, comme c’est le cas des Grands Plats.

Comme résoudre ce dilemme ?

Seule l’installation d’éoliennes terrestres gigantesques  permet de résoudre ces difficultés, en théorie du moins, car le Jura ne constitue de toute manière pas une source éolienne extraordinaire. Nous estimons qu’une structure fixe de plus de 200 m de haut est en droit de recevoir le qualificatif de « gigantesque», si on la compare à celles habituellement rencontrées en milieu rural et même urbain en Suisse.
 
Les promoteurs expliquent ensuite, avec la même transparence qui les honore, que les éoliennes mesureront 206,5 m de haut, pales comprises.
« La volonté de construire des éoliennes aussi grandes ne résulte pas simplement de l’envie de construire plus haut que les autres, mais bien d’une nécessité dictée par le résultat d’une campagne de mesures des vents que l’on rencontre dans la région. En effet, la topographie vallonnée de la chaîne du Jura, ainsi que le boisement abondant perturbent fortement les vents à basse altitude. » (Information affichée le 23 juillet 2015 sur http://www.eoljoux.ch)
 
Toujours avec le même souci de jouer cartes sur table, la SEVJ  présente un croquis montrant les dimensions de l’éolienne, de la tour Eiffel (324 m), ainsi que la hauteur des tours jumelles du village du Sentier, qui ne font que 27 m.  Alors qu’elles donnent l’impression d’être bien plus grandes, lorsque l’on passe à côté !

N’importe qui constate alors sans peine que des éoliennes huit fois  plus hautes que les plus grands édifices de la vallée de Joux, sont bien plus proches de la Tour Eiffel,  qu’elles ne le sont de la ferme d’alpage des Grands-Plats-de-Bise, située à un jet de pierre de leurs (futurs) immenses rotors.
 
Plus de 100 vaches élisent domicile durant la belle saison sur l’alpage  historique  des Grands-Plats-de-Bise, permettant aux exploitants de la fromagerie de produire annuellement 27 tonnes de Gruyère d’alpage AOC.  Par ailleurs, l’alpage accueille familles, écoles, randonneurs et cyclotouristes pendant la période estivale.
 
La cohabitation entre des éoliennes industrielles gigantesques et les occupants du lieu semble pour le moins problématique.
 
Gageons qu’Eoljoux  partage aussi cet avis !
 
Sources:
Eoljoux de la SEVJ : http://www.eoljoux.ch/
Grands-Plats-de-Bise: http://www.histoirevalleedejoux.ch/
Grands-Plats-de-Bise: http://www.terre-vaudoise.ch/
Potentiel éolien du canton de Vaud, KohleNusbaumer SA sur mandat du Service de l’environnement et de l’énergie (SEVEN) : http://www.vd.ch/

 

Publié dans Eoliennes

Built with HTML5 and CSS3 - Copyright © 2015 Grati Info