Accidents

« Les scénarios d’incendie ne conduisent pas à des risques importants car les effets thermiques sont très limités spatialement. Par exemple, l’effet thermique d’un incendie de nacelle ne pourra pas être ressenti par des personnes au sol. » Évaluation des risques, TIPER projet éolien

Deux jeunes techniciens du service de maintenance de la centrale éolienne Piet de Wit près de Ooltgensplaat en Hollande se sont réfugiés sur le moyeu du rotor de l’éolienne.

Les malheureux assistent impuissants au feu qui ravage la nacelle. À l’approche des flammes, un de ces hommes se jettera dans le vide. Il sera retrouvé sans vie dans le champ situé une septantaine de mètres plus bas. L’autre essayera de descendre du pylône en traversant les flammes. Son corps carbonisé restera emprisonné dans la nacelle.

Pourtant un camion des pompiers était au pied du mât prêt à intervenir. Mais les lances d’incendie ne sont pas conçues pour atteindre une telle hauteur.

Bien que cet événement tragique ait été filmé par un observateur présent sur les lieux de l’accident, il n’a pas eu beaucoup de retentissement dans les médias.

Il est vrai que les exploitants des centrales éoliennes n’ont pas l’obligation légale de recenser les incidents survenant sur leurs sites industriels, et encore moins de les rendre public.

Aujourd’hui, on ne connaît toujours pas le nom des victimes de ce drame survenu le 29 octobre 2013 à la centrale éolienne de Piet de Wit, ni même la cause exacte de l’accident.

Causes des accidents

Bien que les promoteurs des centrales éoliennes vantent les mérites d’une industrie sans aucun risque pour les personnes qui cohabitent avec des structures aussi imposantes, les accidents n’épargnent pas les aérogénérateurs.

En 2011, le Daily Telegraph a publié les chiffres mentionnés par RenewableUK, un organisme œuvrant pour la promotion des énergies renouvelables : seulement au Royaume-Uni de 2007 à 2011, 1500 incidents (accidents) ont eu lieu.

La plupart de ces incidents ne causent bien évidemment pas de victimes, comme celui de la centrale de Piet de Wit. Toutefois les statistiques démontrent clairement que, malgré « les progrès technologiques », la multiplication des éoliennes va de pair avec un accroissement des incidents.

Les accidents d’éoliennes industrielles s’expliquent pour plusieurs raisons:

1. Les conditions météorologiques et notamment un vent fort, la foudre ou la neige.
2. Une défaillance mécanique, comme un défaut de lubrification ou de refroidissement, la rupture du système de freinage.
3. Une défaillance électrique.
4. Un problème lors d’une intervention de maintenance.

Ces risques augmentent en raison de la hauteur des pylônes, de la largeur des pales ainsi que par le mouvement des structures mécaniques.

Types d’accidents

Les accidents possibles sont de plusieurs sortes :

1. Chutes de pales en raison de vents trop fort ou d’une déficience mécanique ou de montage.
2. Projection d’objets jusqu’à plusieurs centaines de mètres comme des morceaux de pales ou de glace accumulée sur les pales.
3. Effondrement de la structure en raison du vent, suite à un incendie ou un défaut de construction.
4. Incendie à cause de la foudre, d’une défaillance du système électrique ou suite à une intervention de maintenance.
5. Impact contre l’aérogénérateur par un élément extérieur comme un avion, un parapentiste ou un oiseau.

Fréquence des accidents

Les chutes de glace au bas des éoliennes sont fréquentes et concernent toutes les installations présentes dans des conditions hivernales. La projection de morceaux de glace a une plus grande distance est beaucoup moins fréquente, bien qu’elle a été vérifiée à de multiples reprises.

La chute des éléments d’une éolienne (par exemple le détachement des pales) est rare, mais des conditions exceptionnelles (vents très forts, ouragan, séisme, raz de marée) sont susceptibles de provoquer ces accidents, avec un éventuel effet domino sur les autres éoliennes de la centrale.
L’effondrement d’une éolienne est très rare, cependant la tendance à construire des structures toujours plus hautes avec des pales en mouvement nécessite de résoudre certains challenges d’ingénierie. Des éoliennes ont ainsi été volontairement détruites après une installation défectueuse.

Les incendies

« Les trois éléments du triangle du feu, carburant (pétrole et polymères), l’oxygène (air) et l’allumage (électrique, mécanique et éclairage) sont représentés et confinés dans le compartiment fermé de la nacelle de l’éolienne. » Overview of Problems and Solutions in Fire Protection Engineering of Wind Turbines

Une éolienne industrielle contient des produits et des matériaux hautement inflammables et toxiques (peintures, résines et composants plastifiés).
On notera parmi les principaux éléments chimiques le liquide de refroidissement, les huiles de lubrification pour la boîte de vitesse, les huiles pour le système hydraulique, l’huile pour le système de stabilisation de la nacelle ainsi que les graisses pour la lubrification des roulements.

Les produits lubrifiants, dont la plupart sont issus de la filière pétrolière, tels que les graisses et autres fluides de refroidissement présents en quantité non négligeable (plusieurs centaines de litres selon le type d’éolienne), sont absolument indispensables, puisqu’ils permettent de prévenir les accidents liés à l’usure mécanique des composants de l’éolienne.

Ces produits combustibles sont directement impliqués dans les incendies d’éoliennes qui se développent suite à une surchauffe ou un court circuit.

Dans l’étude « Overview of Problems and Solutions in Fire Protection Engineering of Wind Turbines » il a été établi que les incendies concernaient 10 % à 30 % des accidents subis par les éoliennes.

Selon les chercheurs de cette étude le nombre d’incendies serait même dix fois plus élevé que les incidents officiellement reconnus.

Sources :
Tweede dode bij brand windmolen Ooltgensplaat, http://igo.nl/
1,500 accidents and incidents on UK wind farms, http://www.telegraph.co.uk/
Summary of Wind Turbine Accident data to 31 March 2016, http://www.caithnesswindfarms.co.uk
Energie éolienne : Un nouveau souffle de productivité avec les lubrifiants, www.total.fr
Kansas Renewable Energy 2009, Lubrication of Wind Turbines, Donald Brazen
Wind and fire, September–October 2004, RENEWABLE ENERGY WORLD, Reducing the risk of fire damage in wind turbines
Overview of Problems and Solutions in Fire Protection Engineering of Wind Turbines, School of Engineering, University of Edinburgh, UK, SP Technical Research Institute of Sweden, Sweden, Department of Mechanical Engineering, Imperial College London

Publié dans Eoliennes

Built with HTML5 and CSS3 - Copyright © 2015 Grati Info